Prise de Parole Force Ouvrière Place de l’Hôtel de Ville de Saint Etienne Le 17 mai 2016

Prise de Parole Force Ouvrière

Place de l’Hôtel de Ville de Saint Etienne

Le 17 mai 2016

Il est là ! Il est là le coupable !

Il est le coupable parce qu’il protège les plus faibles, il est le coupable parce qu’il empêche l’exploitation de l’homme par l’homme, il est le coupable parce qu’il est destiné à protéger la santé des salariés, d’empêcher le travail des enfants, de limiter le travail de nuit des femmes et de les protéger durant leur grossesse.

Il est le coupable car il impose de payer les salariés pour le travail qu’ils font, il est le coupable parce qu’il limite leur temps de travail. Il est le coupable car il est le rempart contre des patrons tout puissants qui en veulent encore et toujours plus !

Oui, ils veulent le détruire parce qu’il les gêne, oui ils veulent le détruire parce qu’il représente tout ce qu’ils détestent : les acquis sociaux qu’ils ont dû céder. Les acquis sociaux conquis dans la sueur, les larmes et le sang de la classe ouvrière. Les acquis sociaux conquis par la lutte syndicale et jamais, non jamais, donnés par le patronat.

Il est là ! Il est là le coupable ! Celui qui fut créé après la mort de mineurs de fond ! Il est là le coupable et il est rouge, rouge comme les drapeaux du front populaire. Et nous, nous sommes rouges de colère, rouge de la colère des justes, cette colère de ceux qui savent que ce n’est pas en fragilisant encore plus les salariés, les chômeurs, les privés d’emploi que l’on gagnera la bataille du chômage.

Non, la loi travail ne créera pas d’emploi ce n’est pas son but ! Ce n’est qu’une étape dans la guerre de ceux qui veulent détruire notre modèle social. Le modèle social d’une France qui considère que les citoyens sont libres et égaux. Le modèle social des conquêtes de 1936 et 1945, basé sur la justice sociale.

Il est là, il est là le coupable et ils veulent le détruire, eux les suppôts du capitalisme, les inféodés Gattaz, Berger, El Khomri et toutes leurs bandes, même combat. Rappelez-vous pourtant, certains disaient que leur ennemi c’était la finance. La finance des paradis fiscaux, la finance de Panama, la finance de Cahuzac, la finance qui paye le yacht de Bolloré et les vacances de ses copains …

Il est là, il est là le coupable, celui qu’ils veulent détruire ! Aujourd’hui le code du travail et demain le statut des fonctionnaires, Et demain tous auto-entrepreneurs dans une société ubérisée, dans un monde du travail précaire, sans emplois stables, sans perspectives pour les jeunes de notre pays, et après, quoi encore ? Le rétablissement du servage et de l’esclavage ? Et tout cela, accompagné toujours par les mêmes, par ceux que je ne citerai pas, les syndicats d’accompagnement, qui négocieraient le poids des chaînes.

Il est là, il est là le coupable et nous le défendrons ! Alors on ne lâchera rien ! Pour Force Ouvrière tout ceci n’est ni négociable, ni amendable. Alors tous ensemble, oui tous ensemble levons nous et que notre clameur les emporte tous ! A l’appel de FO, de la CGT, de la FSU, de Solidaires, de l’UNEF, de l’UNL, de la FIDL, et à Saint-Étienne de OSE, ensemble, oui, tous ensemble, d’une voix puissante réclamons le retrait de la loi travail.