Éditorial du Secrétaire Général : Eric BLACHON

Les salariés sont à la croisée des chemins sur lesquels veulent nous emmener les candidats à l’élection présidentielle. Par expérience nous savons que les paroles n’engagent que ceux qui les écoutent. C’est dire si nous sommes prudents face à des programmes aux ambitions incertaines. Par nos statuts, l’organisation n’a pas vocation à soutenir telle ou telle candidature. Nous regardons cependant avec intérêt les impacts des offres politiques en débat. Certaines sont dangereuses pour notre protection sociale, les conditions de travail ou encore le niveau de rémunération décent pour vivre dignement. Les incertitudes de cette élection où s’affrontent des visions d’un monde social radicalement opposées doivent nous interroger dans le cadre statutaire de notre confédération. Notre indépendance ne peut pas souffrir d’ingérences ou d’initiatives douteuses. La Charte d’Amiens n’est pas qu’un étendard, c’est le texte fondateur qui singularise le syndicalisme Historique qu’incarne Force Ouvrière. Nous devons donc rester vigilants même si les revendications ne font pas de pose en période électorale. Que le futur Président de la République soit convaincu que nous continuerons à combattre la régression sociale qui est la conséquence des politiques nationales inefficaces menées depuis plus de 40 ans. Les cadeaux faits au patronat, à la finance ou aux rentiers l’ont été au détriment des salariés. Au nom de la productivité de l’Europe et de la Mondialisation nos politiques ont sacrifié les forces vives, celles qui créent la richesse.  Comment alors s’étonner que la population défie un monde politique hors sol aveuglé par les ors de la république. Il y a une urgence sociale au risque d’une crise sociale majeure!